MHSC - Bordeaux, clôture et perspectives | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

MHSC - Bordeaux, clôture et perspectives

Ce mercredi soir à Grammont (20h45) les Féminines du MHSC reçoivent les Girondines de Bordeaux dans le cadre de la 22ème et dernière journée de D1 Arkema. L’occasion d’un petit bilan avant cette dernière levée mais aussi d’évoquer l’avenir

En début de saison, c’était une affiche entre prétendants à l’Europe. Dix mois plus tard, à l’issue d’un championnat qui ne compte que 12 équipes mais qui s’étale toujours autant dans le temps, Montpelliéraines et Bordelaises n’auront donc pas réussi à accrocher ce fameux podium synonyme de retour en Ligue des champions pour les Héraultaises et de deuxième participation consécutive à cette compétition pour les Girondines. A y regarder de plus près, les deux formations, adversaires mercredi soir, ont, sans doute, chacune traîné longtemps leur début de saison difficile. Cette entame compliquée a des raisons différentes des deux côtés (l’énergie laissée lors des tours préliminaires de la Ligue des Champions et les blessures qui se sont accumulées ensuite du côté de Bordeaux ; la nécessité de reconstruire et de s’adapter à un nouvel entraîneur pour le MHSC et le passage rapide à une défense à 3)

Côté montpelliérain – parce qu’on est un petit peu chauvin et que c’est ce qui nous intéresse le plus ici – même si les Héraultaises sont aujourd’hui loin du podium qu’elles espéraient secrètement atteindre en début de saison, cet exercice 2021–2022 laisse cependant augurer d’un avenir plutôt positif.

Dès son arrivée, le nouvel entraîneur héraultais, Yannick Chandioux, a su insuffler un nouvel élan à un effectif qui avait pourtant été traumatisé par une saison précédente compliquée et qui avait somme toute peu évolué avec les seules arrivées de Faustine Robert (photo), Johanna Elsig, Gabrielle Lambert et Esther Mbakem Niaro.

Après avoir tenté le pari de la défense à quatre et lâché des points dès le début de saison (4 défaites lors des 6 premières journées), l’entraîneur montpelliérain a vite imprimé sa patte en installant une défense à trois axiales et en faisant confiance sur la durée à une arrière-garde très jeune articulée autour de Maëlle Lakrar (21 ans) Maelys Mpome (19 ans) et Inès Belloumou. (20 ans). Si les Pailladines ont montré d’emblée de belles aptitudes dans ce nouveau schéma, elles auraient cependant pu tout perdre le 30 octobre dernier lorsqu’elles se sont retrouvées menées 1-0 à l’entame du temps additionnel sur la pelouse de Saint-Etienne.

Heureusement, le fait d’avoir renversé leur adversaire dans les ultimes secondes de la partie pour s’offrir un succès (2-1 / photo ci-dessus) a agi comme une sorte de déclic. Dès lors, les Héraultaises ont enchaîné les matchs positifs, que ce soit au niveau des points mais aussi du contenu puisque le Paris FC a été contraint au match nul (0-0 à Grammont), tandis que les Lyonnaises ont encaissé 2 buts et ont dû attendre les toutes dernières secondes pour s’imposer de justesse dans l’Hérault (3-2 le 22 janvier). Ces deux rencontres ont d’ailleurs montré que cette équipe des Féminines du MHSC avait retrouvé une certaine solidarité et une envie de jouer ensemble autour d’un schéma précis. Ajoutez-y le lancement au fil de la saison de plusieurs jeunes (Mëeva Garcia-Augier, Judith Coquet) et la montée en puissance d’Esther Mbakem Niro ou Cyrielle Blanc (photo ci-dessous) pour ne citer qu’elles, et vous comprendrez que les perspectives d’avenir sont belles, encore plus si les ajustements de l’intersaison qui arrivent parviennent à apporter une certaine plus-value.

Du côté des points à améliorer, on pense bien sûr à cette régularité qui a tant fait défaut aux Montpelliéraines, capable de bousculer Lyon, d’aller arracher un match nul à Paris mais aussi de perdre des points à Guingamp ou contre Reims à la maison. En outre, si le nouveau système mis en place par Yannick Chandioux a permis de retrouver une certaine solidité et a fait déjouer de nombreuses adversaires, les Pailladines ont aussi montré une certaine difficulté à créer du jeu lorsque leur bloc avait cédé en premier comme ce fut le cas à Fleury ou bien encore au Paris FC. Ce dernier match est d’ailleurs celui qui laisse le plus de regrets, tant les Montpelliéraines s’étaient montrées vulnérables à la perte du ballon ce jour-là, chose qui était leur grand défaut la saison dernière et qu’elles avaient jusqu’alors réussi à corriger. Le fait d’avoir disputé les 2 derniers matchs (contre Soyaux et Issy) en 4-3-3, démontre sans doute la volonté de Yannick Chandioux de s’offrir une alternative tactique solide dans des matchs où les Languedociennes sont contraintes de faire le jeu. 

Il n’empêche, au moment de faire le bilan de cette saison 2021–2022 qui s’achèvera mercredi soir, les perspectives d’avenir sont donc très belles. Désormais habituées à la façon de travailler de leur nouvel entraîneur – qui a su leur donner un nouvel élan très positif –fort de joueuses qui se connaissent, de jeunes pousses issues de la formation qui pointent le bout de leurs nez (et d’autres qui pourraient suivre dès la reprise…), sans oublier évidemment quelques renforts qui viendront renforcer l’équipe à l’intersaison ; voilà qui donnent franchement déjà envie de se retrouver à la rentrée de septembre pour l’ouverture de la D1 Arkéma 2022–2023. Mais avant cela, il y a un match à jouer mercredi soir entre Bordeaux et Montpellier : deux équipes avec de très beaux effectifs, des entraîneurs de qualité et avec un enjeu : le vainqueur de cette rencontre sera assuré de terminer à la cinquième place et de finir ainsi devant son adversaire du jour. Franchement, ça vaut le détour !

L’œil de Marion Torrent sur la saison qui s'achève

Avant cette dernière rencontre de la saison, nous avons demandé à notre capitaine, Marion Torrent, de faire l’analyse l’exercice qui s’achève. Elle s’y est prêtée, comme toujours, avec recul et sincérité : « Nous avons vécu une saison mitigée. On est parti de loin après avoir lâché des points en début de saison contre des équipes où nous étions plus fortes sur le papier. C’est ce qui nous coûte les points qui manquent aujourd’hui. Après, ce qu’on va retenir c’est qu’il y a du positif : on a senti une certaine progression au fil de la saison. C’est une très bonne chose pour la saison prochaine. Notre problème, c’est une certaine irrégularité dans nos performances. On est capable de faire de bons matchs contre de grosses équipes, d’être solide défensivement mais, ensuite, pour créer du jeu, c’est un peu plus compliqué. Après dans ce cas précis, on essaie toujours d’aller de l’avant on se découvre un peu plus pour créer un certain déséquilibre pour arriver à marquer… et c’est ce qui nous amène à perdre des matchs alors que nous avions la possession du ballon. Maintenant, on sait, on a vu. Le groupe travaille bien, il vit bien, il est jeune et je suis sûre que nous pouvons encore progresser ensemble. »

A lire également

07aoû2022

Équipe pro

Le dimanche 21 août (15h), c'est auxerre qui se présentera au Stade de La mosson dans le cadre de la troisième journée de Ligue 1 Uber eats. La billetterie pour cette rencontre est ouverte. Toutes les infos sont ici !Le match : MHSC - AJ
Lire la suite

13aoû2022

Équipe pro

Ce SAMEDI le MHSC se déplaçait AU PARC DES PRINCES pour le compte de la 2ème journée de Ligue 1 Uber Eats.Pour leur premier déplacement de la saison, nos Pailladins avaient rendez-vous avec les Parisiens, champions de France en titre, dans leur
Lire la suite