Femme de foot... Ludivine Diguelman | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Femme de foot... Ludivine Diguelman

Alors que la section féminine du MHSC s’apprête à recevoir  Saint-Brieuc ce samedi (18h), mhscfoot.com est allé à la rencontre de Ludivine Diguelman, auteur d’un doublé dimanche dernier sur la pelouse du Mans.

Nul n’est prophète en son pays paraît-il. L’expression a fait ses preuves. Mais bon… Disons que Ludivine Diguelman est une exception. Depuis le départ d’Agathe Calvié en 2008, Ludivine est la seule joueuse qui évolue au MHSC depuis la création de la section féminine du club en 2001. Itinéraire d’un parcours teinté d’Orange et de Bleu… Couleurs de ce maillot pailladin qui lui est si cher.

Vignette Diguelman jeu1.jpgSON PARCOURS. – Le foot, elle est tombée dedans quand elle était petite… La métaphore est simple mais tellement vraie. « Mon père jouait à Gignac et à l'époque les mères de famille suivaient beaucoup pour préparer la 3e mi-temps, raconte Ludivine Diguelman. J'ai toujours baigné là-dedans et la passion du foot est venue comme ça. » Après avoir tapé ses premiers ballons dans la cour d’école, Ludivine Diguelman a rapidement débuté le foot à Gignac, son village natal, d’abord avec les garçons de 6 à 15 ans, puis, vint l’heure du grand saut. En 1999, Ludivine intègre le Centre National de Clairefontaine tout en jouant le week-end à Montpellier-Le Crès, qui fusionnera ensuite avec le MHSC, en 2001.
Clairefontaine justement… Parlons-en. Lorsqu’elle y a posé ses valises en 1999, l’aventure a vite failli tourner au cauchemar. « Je suis entrée à « Clairf » en août et je me suis fait les croisés en septembre. La première année a été totalement blanche », se souvient Ludivine Diguelman. Mais l’ailier gauche montpelliéraine s’est accrochée pour retrouver son niveau et ensuite connu des sélections dans toutes les catégories de jeunes jusqu’à l’Equipe de France A. Si l’on excepte cette blessure au genou, Ludivine garde d’ailleurs un excellent souvenir de son passage dans le giron fédéral. « Si c’était à refaire, je le referai, dit-elle d’emblée. Je ne regrette absolument pas ces 4 années passées à Clairefontaine. J’ai eu la chance d’avoir Gérard Precheur comme entraîneur. C’est quelqu’un qui m’a beaucoup marqué. Si la plupart des filles de la génération 84 sont là aujourd'hui, c'est en grande partie grâce à lui. »
La génération 84-85, celle des Meilleroux, Abily, Dussang, Georges, Bussaglia, Thomis, Bouhaddi… qui forme aujourd’hui l’ossature de l’Equipe de France A et qui fut la première à ramener un titre au foot féminin français. C’était en 2003 avec un succès lors du championnat d’Europe des moins de 19 ans. Un souvenir heureux dont Ludivine Diguelman garde un arrière goût plutôt amer « A l’époque il y avait en même temps la préparation pour la Coupe du Monde 2003 avec les A et celle des 19 ans. Elisabeth Loisel (le sélectionneur des A NDLR) avait décidé de garder 5 joueuses avec elle dont je faisais partie, se souvient Ludivine Diguelman. Du coup, j'avais fait tous les stages de préparation à la Coupe du Monde 2003 ce qui m'a fait manqué le championnat d'Europe 19 ans…. Et en fin de compte, j’ai appris la veille du départ que je n’étais pas retenue non plus avec les A ! C'est une cicatrice. J'ai eu du mal à encaisser car au final, je n’ai disputé aucune des deux compétitions. C'est comme ça…. » Une triste péripétie dans un parcours en Bleu plus qu’honorable (37 sélections, 3 buts). Et la Coupe du Monde cet été en Allemagne, tu y pense Ludivine ? « Je n'ai pas été sélectionné depuis pas mal de temps, mais je reste sélectionnable. J'ai encore une licence dans un club, je suis encore de nationalité française, sourit-elle. On verra bien ».

Diguelman haute.jpgUNE VIE A MONTPELLIER. – Sa vie est donc teintée d’orange et de bleu, couleur de ce maillot pailladin qu’elle a porté tout au long de sa carrière, à l’exception d’une saison passée avec l’équipe du CNFE. Mais pour Ludivine Diguelman, cette fidélité n’est pas anodine, loin de là. « Je suis native de Montpellier. Le MHSC est mon club de cœur, explique-t-elle. Dès l’âge de 5 ou 6 ans, mon père m'emmenait voir les matchs à la Mosson. J'ai toujours supporté Montpelier. J'avais mon maillot à chaque Noël… Je me souviens du jour où Montpellier a gagné la coupe de France et du défilé qui s'en était suivi sur la Place de la Comédie. J'étais comme une folle sur les épaules de mon père pour assister à ça. C'était magnifique. »
Cet amour du club montpelliérain chevillé au corps est sans doute l’une des raisons de cette grande fidélité qui l’a poussée à effectuer toute sa carrière au sein du MHSC, mais l’aspect sportif est aussi primordial. « J'ai la chance d'être dans le club de ma ville natale qui est un des meilleurs clubs de France et qui a des ambitions, qui chaque année joue le haut du tableau, explique Ludivine. Il est certain que si on était dernière du classement, je serais peut-être allée voir ailleurs. J'ai la possibilité de concilier le foot avec ma famille et mes amis alors je ne vois pas pourquoi je partirai ». En tout cas, la gauchère du MHSC assure que malgré les saisons qui passent, sa motivation est intacte. « A chaque fois je repars pour une saison de plus, c’est avec l'objectif d'être peut-être championne de France ou de jouer la Ligue des Champions. Si je n'avais pas cette motivation là, et que l'on me disait qu'on joue le maintien ce serait peut-être différent. Je ne viendrai pas m'entraîner alors que je bosse la journée pour un objectif zéro. »
Au moment d’ouvrir l’album souvenir, c’est justement sur une de ses aventures européennes que Ludivine Diguelman choisit de s’arrêter. Nous sommes en 2006. Montpellier se déplace à Francfort en demi-finale aller de la Ligue des Champions. Pour les amateurs de paris, la cote est énorme puisque les Allemandes n’avaient plus perdu à domicile depuis huit ans… Pas un problème. Les filles du MHSC s’imposent 1-0 en Allemagne. « Je me souviens que c'était la première fois où on jouait devant autant de spectateurs, se souvient Ludivine. Le stade était plein à craquer, nous avions gagné 1-0 et je marque le but de la victoire. Ça reste le meilleur souvenir de ma carrière même si la fin a été malheureuse avec l'élimination au match retour (3-2) ».
A
u fil des années, Ludivine Diguelman est forcément devenue l’une des cadres de l’effectif du MHSC. Mais si elle refuse le rôle de grande sœur – « Je ne suis pas trop du genre à donner des ordres sur un terrain. Je n'ai pas suffisamment gagné pour pouvoir me permettre de dire ce qu'il faut faire ou ne pas faire. Tout le monde peut faire des erreurs moi la première » –, l’ailier gauche montpelliéraine assure qu’elle est toujours prête à aider ses équipières « Forcément, Sarah s'appuie sur les plus anciennes. Nous sommes là si les plus jeunes ont besoin de conseils », assure-t-elle.
Auteur d’un doublé la semaine dernière au Mans, Ludivine s’avoue « satisfaite de son début de saison même si je n'ai pas tout le temps débuté les matchs. Ceci dit ça se passe plutôt bien. L'équipe a réalisé un très bon début de saison. Pour l'instant nous sommes deuxième, on essaie de creuser l'écart pour obtenir cette qualification européenne en fin de saison ». Revoir l’Europe mais aussi l’Amérique du Sud. Ce sera cet été au Brésil dans le cadre des jeux mondiaux militaires avec l’Equipe de France dont Ludivine est la capitaine. « J'espère jouer le plus possible pour arriver là-bas en condition et en étant capable d'enchaîner les matchs. Je dois mettre à la hauteur ».

Diguelman portrait hauteur.jpgLA VIE EN DEHORS DU FOOT – « Je ne ratais jamais l’occasion de faire une bêtise », entame d’emblée Ludivine Diguelman dans un grand éclat de rire lorsque l’on évoque son enfance. Je savais me faire oublier et dès qu’il y avait une connerie à faire, elle était pour moi. J’ai longtemps voulu avoir un frère et quand il est né j’étais la plus heureuse mais je faisais tout pour attirer l’attention sur moi et je faisais toutes les bêtises possibles. » Mais elle s’est bien assagie depuis… Côté scolaire, Ludivine avoue « n’avoir jamais été une grande studieuse ». Ce qui ne l’a pas empêché d’obtenir un bac pro commerce… Voie vite délaissée par amour du ballon rond « Je savais qu’avec le foot, ça n’allait pas coller. En finissant à 19h et en travaillant le week-end, c’était impossible de concilier les deux ». Du coup, Ludivine est devenue Gendarme adjoint volontaire à Montpellier il y a bientôt 4 ans. Un poste « qui lui convient » et où elle peut avoir une vie professionnelle tout en étant sportive de haut niveau.
Côté loisirs, Ludivine ne rate jamais une occasion de retrouver ses racines « Dès que j’ai du temps de libre je retourne sur mes terres à Gignac pour passer du temps en famille et avec les amis, explique-t-elle. En étant sudiste j’aime bien les bons petits plats et faire la fête ce n’est pas un secret, mais je ne vais pas faire ça une veille de match non plus. On fait assez de sacrifices la semaine pour ne pas se griller avant le match du week-end. » Belle philosophie…

Du Tac au tac
Si tu devais citer
- Une de tes qualités, sur le terrain : ma qualité de centre
- en dehors du terrain : ponctuelle
- Un défaut sur le terrain : le repli défensif
- en dehors: L'impatience
- Son plat préféré : Les encornets farcis de maman
- Celui que vous ne devez pas lui préparer si vous l’invitez à dîner : les desserts
- Son pêché mignon : Les M&M’s
- Son rêve : nager avec les dauphins
- Comment elle se voit dans 20 ans : sur mes terres près de ma famille avec une vie professionnelle stable et une bonne santé surtout.

Plutot
• Mylène Farmer ou Joyce Jonathan : Mylène Farmer
• Raclette ou Fondue : Raclette
• Rap ou Variété française : Variété française
• Drogba ou Benzema : Drogba
• Film d’horreur ou Comédie : Comédie
• Arsenal ou Manchester : Arsenal
• Bronzette en Corse ou randonnées à vélo à Mende : Bronzette en Corse
• Petit lob en finesse ou frappe en force : Petit lob en finesse
• Lagaff ou Dechavanne : Lagaff
• Qui veut épouser mon fils ou Faîtes entrer l’accuser : Qui veut épouser mon fils
• Salé ou sucré : Salé
• Marion Cotillard ou Audrey Tautou : Marion Cotillard

A lire également

27juin2022

Supporters

LA CAMPAGNE D'ABONNEMENT DÉBUTERA LE MARDI 28 JUIN sur la billetterie en ligne et au Club House du MHSC à Grammont ! LE CALENDRIER DES ABONNEMENTSA partir du mardi 28 juin 2022 sur la billetterie en ligne du clubau Club House du MHSC à
Lire la suite

29juin2022

Équipe pro

Le jeune milieu de terrain (20 ans) a étendu son engagement avec le Montpellier Hérault Sport Club.Le MHSC est heureux d'annoncer la prolongation de contrat de son milieu terrain. Formé au club,  Joris avait été le 3ème plus jeune
Lire la suite

28juin2022

Féminines

Le club montpelliérain annonce ce jour la signature de la joueuse de 24 ansFormée à l’OL où elle est arrivée à l’âge de 9 ans, cette gardienne moderne dotée d’une bonne technique et habile sur les sorties aériennes a choisi le
Lire la suite