Petit à petit, Inès fait son nid | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Petit à petit, Inès fait son nid

A 20 ans, la jeune latérale montpelliéraine est en passe d’achever sa première saison pleine en D1 Arkema. Voilà qui méritait bien une rencontre, à l’heure du déplacement au GPSO 92 Issy, ce samedi en championnat (14h30). 

Neuf matchs il y a deux ans, 11 l’an passé, 23 cette saison… Inès Belloumou prend peu à peu de l’épaisseur au sein de l’effectif montpelliérain. « Je suis contente, sourit-elle. Ces chiffres montrent bien ma progression ainsi que la confiance du coach et du staff, ce qui est toujours très important pour une joueuse. »

Il faut dire que la native de Martigues est passée en un peu plus de 2 saisons, de la débutante en D1 à une joueuse régulièrement utilisée puis enfin à une titulaire (presque) en puissance cette saison. Une montée en puissance justement qui s’explique par la rareté de son profil de latérale gauchère, ainsi, évidemment, que par sa progression dans le jeu : « Je pense avoir progressé sur l’aspect technique. Quand j’ai débuté en D1, j’avais surtout comme point fort mon côté défensif mais, aujourd’hui, une latérale moderne doit monter, amener un plus offensivement, et c’était important que je progresse de ce point de vue-là afin d’apporter plus à l’équipe, explique-t-elle. Je pense aussi avoir gagné en maturité, dans la gestion de mes émotions. »

Je dois être plus efficace en terme de passes décisives

De ce point de vue-là, son expulsion contre le Paris FC la saison passée, après avoir reçu 2 cartons jaunes en première période, semble avoir agi comme un déclic : « Quelque part, ça a eu un côté pédagogique, sourit-elle avec le recul. J’ai eu du mal à le digérer mais ça m’a aidé à me remettre en question. Ça m’a beaucoup servi. Cela dit, même si je viens de vivre ma troisième saison en D1, je n’ai pas encore 21 ans et j’ai encore beaucoup à apprendre. Je dois notamment être plus efficaces en terme de passes décisives, être encore plus propre défensivement et en gagnant un maximum de duels. »

Ce qui est différent dans ce système, c’est que les latéraux sont aussi importants sur l’aspect offensif que sur l’aspect défensif

Autre corde à son arc, Ines Belloumou s’est plutôt bien adaptée au système en 3-4-3 qui a amplement participé au renouveau montpelliérain cette saison. Sa faculté à naviguer sans difficulté du rôle de latérale gauche à 4 à celui de piston gauche à 5 fait d’elle une joueuse plus complète : « Le coach en avait parlé comme d’une possibilité durant la préparation et ça s’est rapidement concrétisé, explique Inès. De mon côté, ça ne me pose pas de problème. Il est clair que pour une latérale, ça demande plus de volume de jeu mais ça ne me dérange pas parce que j’aime courir et apporter un plus offensivement. Ce qui est différent dans ce système, c’est que les latéraux sont aussi importants sur l’aspect offensif que sur l’aspect défensif. On se doit d’apporter le surnombre offensivement puisqu’on prend quasiment la place de milieu offensif excentré, mais il suffit qu’on ne revienne pas et l’équipe est tout de suite déséquilibrée. C’est la raison pour laquelle cela nécessite d’avoir un gros volume de jeu et donc de beaucoup travailler à l’entraînement pour être prête physiquement. » Concernant ce fameux système à 5, Inès ajoute : « Ce changement nous a beaucoup servi. Quand on regarde bien, on avait vraiment les joueuses pour évoluer dans ce schéma et les résultats l’ont montré. À force de répéter les courses à l’entraînement, on s’est vite approprié ce système dans lequel nous nous sommes senties à l’aise. »

L’année dernière, nous avons beaucoup souffert en contre. Nous avions souvent la possession mais, dès qu’on perdait le ballon, on était exposé et on prenait souvent des buts

Cela n’a pas empêché les Montpelliéraines d’à nouveau évoluer à 4 derrière il y a 15 jours à domicile contre Soyaux, mais, là encore, Ines s’est adaptée sans sourciller : « Ça s’est plutôt bien passé. Pour ma part, j’ai quand même l’habitude de jouer à quatre ça reste mon poste de prédilection, donc ça ne m’a pas posé de problème, souligne-t-elle. On avait retravaillé certains détails dans la semaine mais, honnêtement, j’apprécie les deux postes donc ça ne me gêne pas d’alterner. »

Dans les deux cas, le MHSC et sa défense très jeunes (avec notamment Belloumou, 20 ans, Lakrar, 22 ans et Mpomé 19 ans), a donc retrouvé une certaine solidité après un dernier exercice très compliqué de ce point de vue-là : « L’année dernière, nous avons beaucoup souffert en contre. Nous avions souvent la possession mais, dès qu’on perdait le ballon, on était exposé et on prenait souvent des buts, explique Ines. Cette année, ça va beaucoup mieux et je pense que le système y est aussi pour quelque chose. Il nous apporte un peu plus de sécurité. Après, le contre-exemple c’est le match au Paris FC où nous avons dominé pendant 15 minutes avant de prendre un contre qui nous a fait mal (revers 3-1 au final NDLR). C’est bien la preuve qu’il faut qu’on continue à travailler. »

Je pense que nous sommes sur la bonne voie pour le futur

Voilà qui nous amène naturellement vers l’analyse de cette saison 2021-2022 qui touche à sa fin. « Il y a des motifs de satisfaction, des matchs où on a vraiment montré de belles choses comme lors de notre nul sur le terrain du PSG (0-0), ou de la défaite de justesse contre Lyon (3-2) où nous avons, je pense, montré un beau visage de l’équipe. Après, il y a aussi des points que nous n’aurions pas dû perdre. On a manqué de régularité. On a perdu des points d’entrée, puis on a fait une bonne série au cœur de l’hiver avant d’en reperdre ensuite. On sait qu’on doit faire mieux mais qu’il y a quand même eu des bonnes choses. » A ce titre, la jeune défenseur montpelliéraine estime d’ailleurs que cette saison 2021-2022 est  une bonne base de travail pour l’avenir : « Il ne faut pas oublier qu’on sort d’une saison difficile l’année dernière, donc même si nous espérions être mieux cette année, nous sommes quand même mieux classées que la saison dernière, ce qui démontre une certaine progression, détaille-t-elle. Un changement ne se fait pas du jour au lendemain mais je pense que nous sommes sur la bonne voie pour le futur. Il faut continuer comme ça et j’espère que nous serons encore meilleures la saison prochaine… Ce groupe le mérite parce qu’il travaille beaucoup, tout comme le coach d’ailleurs. » Un coach dont l’internationale U23 tricolore estime « qu’il est très patient avec les joueuses. Il est dans l’échange. C’est quelqu’un de très pédagogue. Avec les filles c’est souvent un point crucial et il sait bien gérer cet aspect-là. »

nous devons nous battre jusqu’au bout pour prendre un maximum de points

En attendant de penser à la saison prochaine, il en reste une à terminer avec encore deux rencontres au programme : ce samedi à Issy et dès le mercredi suivant, à domicile face à Bordeaux. Première étape donc dès aujourd’hui en région parisienne : « C’est toujours difficile de rencontrer une équipe qui joue le maintien dans les dernières rencontres de la saison parce que notre adversaire a vraiment besoin de points, estime Inès. La troisième place est inaccessible pour nous, mais on doit tout faire pour décrocher la cinquième, voire la quatrième et nous devons nous battre jusqu’au bout pour prendre un maximum de points. Ça va être un match compliqué, comme celui contre Soyaux l’a été. Ce sera à nous de marquer rapidement et d’essayer ensuite de nous mettre à l’abri plus rapidement parce que face aux Soljadiciennes, car nous étions quand même restées à portée de fusil de notre adversaire jusque dans le dernier quart d’heure. »

Impossible enfin pour notre interlocutrice du jour de terminer cet entretien sans rendre un petit hommage à son pendant du côté droit de la défense, Marion Torrent, qui a disputé son 300ème match sous le maillot du MHSC il y a 15 jours : « Je suis très fière de Marion, Elle mérite d’avoir atteint un tel chiffre, conclut Inès. Quelque part, c’est la ‘’statue’’ du club, notre guide. C’est quelqu’un sur qui on peut se reposer, à qui on peut demander des conseils. C’est vraiment une bonne personne et j’espère qu’elle jouera le plus de matchs possible avec Montpellier. » Et si Inès suivait sa trace ?

A lire également

07aoû2022

Équipe pro

Le dimanche 21 août (15h), c'est auxerre qui se présentera au Stade de La mosson dans le cadre de la troisième journée de Ligue 1 Uber eats. La billetterie pour cette rencontre est ouverte. Toutes les infos sont ici !Le match : MHSC - AJ
Lire la suite

13aoû2022

Équipe pro

Ce SAMEDI le MHSC se déplaçait AU PARC DES PRINCES pour le compte de la 2ème journée de Ligue 1 Uber Eats.Pour leur premier déplacement de la saison, nos Pailladins avaient rendez-vous avec les Parisiens, champions de France en titre, dans leur
Lire la suite