Andy Delort, la Paillade dans le 100 | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Andy Delort, la Paillade dans le 100

L’attaquant montpelliérain a disputé ce dimanche à Strasbourg son 100e match sous le maillot du MHSC. L’occasion  d’évoquer – en condensé bien sûr – cette centaine orange et bleue bien remplie d’un joueur qui colle pleinement à notre si cher Esprit Paillade

Si certains avaient peut-être des doutes quant à sa capacité à s'épanouir à Montpellier sur le plan footballistique, la centaine de matchs qu’il vient d’atteindre à l'issue de la rencontre face à Strasbourg – a fini de convaincre les sceptiques. En bientôt – presque – trois saisons, (et c'est sans doute loin d'être fini), Andy Delort a déjà marqué l'histoire du club pailladin.

Débarqué à Grammont le matin du 24 juillet 2018 (avec une belle chemise, photo ci-dessus), il était précédé de la réputation d'un attaquant talentueux, certes, mais en manque de régularité et dont les coups de sang pouvaient parfois le desservir. Très attaché à sa ville natale de Sète, sa volonté de porter le maillot du club voisin du MHSC ne datait pourtant pas d'hier. Dans une interview qu'il nous avait récemment accordée, Andy racontait d'ailleurs se souvenir parfaitement de la journée où il a paraphé son contrat : « Les fois où ça a failli se faire et que finalement ça ne s'est pas fait, ça m'avait beaucoup touché. Je me rappelle comme si c'était hier de notre discussion avec le Président Laurent Nicollin ; quand j'étais à Toulouse et qu’il m'a dit : ''C'est bon tu peux venir !'' et que le TFC a également donné son accord, j’étais profondément heureux, j'étais comme un enfant. Je remercie encore le Président Laurent Nicollin qui a vraiment tout fait pour que je vienne. Laurent est le meilleur Président que j'ai eu de toute ma carrière. C'est quelqu'un qui me donne beaucoup d'amour et de confiance. » Il ajoutait même quelques lignes plus loin en évoquant son compère Téji Savanier : « Parfois, on se regarde dans le vestiaire et on se dit : ‘’T’imagines, on en rêvait quand on était gosse…’’. C'est quelque chose de fort. Quand j'y pense, ça me remet un coup de boost. »

Louis-Michel, D’Ornano et les Derbies

Comme le football raffole des petites histoires dans l’histoire, c’est lors d’un match d’avant-saison organisé chez lui, au Stade Louis-Michel de Sète face au club italien du Genoa, qu’Andy a inscrit son 1er but sous le maillot montpelliérain, le 4 août 2018. Pour son 1er but en match officiel, il faudra attendre (légèrement)  plus longtemps et un but marqué à Caen le 29 septembre 2018… Un but qui a marqué le début d’une très belle première saison puisqu’Andy a inscrit 14 buts toutes compétitions confondues avec le MHSC. Le plus beau d’entre eux ? Sans doute celui marqué à la 74ème minute du Derby à Nîmes, permettant au MHSC de ramener un point des Costières. « J’étais déjà très content de marquer le but de l’égalisation ce jour-là, et, quand en interview d’après-match, la journaliste m’a dit que c’était à la  74e, j’ai failli pleurer sur le coup tellement c’était incroyable. Je suis croyant et je pense que ce n’est pas arrivé par hasard »

Comme un clin d’œil du destin, c’est d’ailleurs contre Nîmes, à l’aller le 30 septembre 2018, qu’Andy avait marqué son 1er but à La Mosson. Un but qui lui a permis de commencer à construire sa légende puisqu’il avait promis une semaine avant ce derby de se jeter dans la Butte (chose qu’il a faite), s’il marquait. Cette première saison, outre l’avènement d’Andy, a marqué la naissance du si prolifique duo avec Gaëtan Laborde. Un duo qui pouvait ne pas paraître complémentaire, au départ, tant les deux hommes ont des caractéristiques communes dont cet amour du combat et cette faculté à multiplier les appels. Mais les deux hommes se sont vites trouvés, sur le terrain comme en dehors. « Nous avons un peu le même profil, en droitier et gaucher. Nous jouons pour l’équipe et l’un et l’autre, ce qui fait la différence. On arrive à se servir de nos qualités mutuelles, on est heureux de jouer ensemble et on essaie d’apporter le maximum », expliquait Andy en 2019 au moment d’évoquer sa relation avec Gaëtan.

Ce dernier ajoutait alors : « Nos styles de jeu se ressemblent mais nous n’avons pas le même non plus. Il est certain qu’on aurait pu dire au premier abord que nous n’étions pas complémentaires mais j’ai toujours été persuadé que si. Nous savons que l’on peut compter l’un sur l’autre, qu’on peut avoir confiance l’un en l’autre, on sait qu’on va jouer l’un pour l’autre. c’est ce qui nous tire vers le haut. Si je peux le faire marquer je suis le plus heureux du monde et s’il peut me faire marquer je suis certain qu’il est le plus heureux aussi. Je sais que si je cours beaucoup il courra beaucoup aussi car on est généreux tous les deux dans les efforts, et, quand on part sur des bases comme ça il n’y a pas de raison que ça ne fonctionne pas. J’ai toujours été fan du joueur qu’il est et, en rencontrant le personnage, ça a ‘’matché’’ directement. » Un duo qui affiche des statistiques impressionnantes et dont l’entente fait encore des merveilles cette saison puisque les deux hommes se sont délivrés mutuellement 7 passes décisives en Ligue 1 cette saison (4 buts de Laborde sur une passe de Delort, 3 buts de Delort sur une passe de Laborde), aucune paire ne fait mieux en L1 en 2021.


Lors de sa 2ème saison montpelliéraine, Andy Delort a d’abord pris un risque assez inconsidéré : celui de décider de porter le n°9. Pourquoi un risque ? Parce qu’aucun joueur depuis l’instauration du maillot nominatif en 1997-1998 n’avait réussi à briller avec ce numéro sur le dos. Dissuadé de le prendre alors qu’il était libre à son arrivée (il avait opté pour le 11), Andy s’est jeté à l’eau, bien décidé à inverser le cours de l’histoire… Et il a fallu plus qu’un penalty manqué dès la 1ère journée contre Rennes à La Mosson pour le faire douter : Bilan de cet exercice 2019-2020 clôturé avant son terme en raison de la crise sanitaire pour Andy ? : 12 buts en 31 matchs toutes compétitions confondues (le plus beau étant sans doute sa superbe frappe contre Amiens à La Mosson) auxquels il faut ajouter 2 passes décisives.


La transition est toute trouvée pour évoquer l’exercice en cours. En plus de n’avoir rien perdu de ses qualités de buteur (il a déjà inscrit 17 réalisations cette saison ; a franchi la barre des 50 buts en L1 tous clubs confondus lors de la victoire à Bordeaux le 7 novembre dernier et a intégré le top 10 des canonniers les plus prolifiques de l’histoire du MHSC au soir de son doublé à Canet en Coupe de France le 20 avril dernier), Andy est devenu un attaquant plus complet,très altruiste. Pour preuve, il est à ce jour le meilleur passeur du championnat avec 10 offrandes cette saison. Entre ses buts et ses passes décisives, Andy est impliqué sur 24 buts en Ligue 1 en 2020/21 (14 buts, 10 passes décisives), seul Olivier Giroud a fait mieux avec le MHSC sur une même saison dans l’élite (30 – 21 buts, 9 passes décisives) depuis qu’Opta analyse la compétition, en 2006/07).

Devenu plus complet, Andy a d’ailleurs tenu à souligner l’importance de son entraîneur, Michel Der Zakarian, dans son évolution : « J'ai été touché par l'annonce de son départ car ça fait trois saisons qu'on travaille ensemble. J'ai aimé travailler avec lui et il m'a beaucoup apporté et appris, a expliqué l’attaquant montpelliérain juste après la défaite contre Saint-Etienne la semaine passée. Il a fait progresser le club aussi. Tout le monde a été touché. »

Outre le fait de s’apprécier mutuellement – « Andy, c’est un super mec. Il est dans la vie comme il est sur le terrain, très généreux » dit MDZ – Andy Delort et Michel Der Zakarian partagent surtout cet Esprit Paillade si cher au MHSC. L’Esprit Paillade, une notion très chère à la famille Nicollin et aux amoureux du club qui réunit Grinta, combat, don de soi, esprit de corps et esprit de famille. Certains la trouvent ancestrale, démodée ou même désuète, mais elle fait partie intégrante du MHSC et de son ADN. Présente à tous les étages du club, elle se transmet au quotidien. Certains y ont été biberonnés au Centre de Formation comme Philippe Delaye, Fabien Lefèvre ou Rémy Cabella, d’autres, comme Victor Hugo Montaño, Vitorino Hilton, Daniel Congré, Ruben Aguilar ou Romain Pitau sont venus de l’extérieur mais en sont devenus de parfaits ambassadeurs. Andy Delort fait partie de ceux-là. Sa grinta, son engagement incessant sur le terrain et son franc-parler en dehors font de lui un leader et un bel étendard de nos valeurs. Un grand bravo à Andy pour cette centaine bien remplie (100 matchs pour 43 buts toutes compétitions confondues), tout en sachant qu’il lui reste encore plein de belles pages à écrire en orange et bleu. Et c’est tant mieux !    

Andy Delort : « Quelque chose de fort »

L'attaquant montpelliérain s'est montré ému et heureux au moment d'évoquer sa 100ème cape, toutes compétitions confondues, sous le maillot du MHSC : « Savoir que j'ai déjà porté ce maillot du MHSC qui me tient tant à coeur, à 100 reprises toutes compétitions confondues, c'est quelque chose de fort et j'espère que ce chiffre va continuer de grandir. Je savais que je n'en étais pas loin mais atteindre cette barre c'est vraiment quelque chose de magnifique. En plus cela a été fêté de la meilleure des façons puisque nous avons remporté le match à Strasbourg et que j'ai inscrit un but. Ça a une saveur particulière et ça fait vraiment plaisir, surtout quand je pense à tout ce que je vis de positif avec ce club. J'espère qu'on en reparlera au 200e (sourire). Si je devais désigner ma plus grande émotion depuis que je porte ce maillot, je dirai évidemment mon but égalisateur au stade des Costières il y a 2 saisons, qui nous avait permis de ramener un point. C'était un moment très spécial car ce but avait été inscrit à la 74ème minute. Quand je revois mes buts, c'est vraiment celui-ci qui sonne comme mon meilleur souvenir jusqu'à maintenant. C'était un moment très fort que j'ai pu partager avec le Président Laurent Nicollin et, bien évidemment aussi par la pensée, avec Loulou. L'objectif désormais, c'est de bien finir cette saison. C'était très positif de retrouver le chemin de la victoire dimanche à Strasbourg. Désormais, nous avons un match très important mercredi avec la réception du Paris-Saint-Germain en demi-finale de coupe de France avec, je l'espère une issue heureuse pour nous. De mon côté, j'espère continuer à donner mon maximum pour le MHSC car j'ai ce club dans la peau, il fait partie de ma vie. Je voulais aussi ajouter un petit mot pour les supporters et leur dire à quel point ils me manquent. J'espère célébrer le plus rapidement possible un but avec eux et retrouver ce stade avec le public qui nous manque énormément. »

A lire également

07aoû2022

Équipe pro

Le dimanche 21 août (15h), c'est auxerre qui se présentera au Stade de La mosson dans le cadre de la troisième journée de Ligue 1 Uber eats. La billetterie pour cette rencontre est ouverte. Toutes les infos sont ici !Le match : MHSC - AJ
Lire la suite

13aoû2022

Équipe pro

Ce SAMEDI le MHSC se déplaçait AU PARC DES PRINCES pour le compte de la 2ème journée de Ligue 1 Uber Eats.Pour leur premier déplacement de la saison, nos Pailladins avaient rendez-vous avec les Parisiens, champions de France en titre, dans leur
Lire la suite