Iva Landeka, carnet de voyages | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Iva Landeka, carnet de voyages

Passée par l’Autriche, la Pologne, l’Allemagne et la Suède, l’internationale croate possède un parcours riche, à l’image de son parcours de vie...

Il y a des coïncidences plus marquantes que d’autres… car si Iva Landeka place la lecture parmi ses hobbies de prédilection, sa vie pourrait bien ressembler à un livre justement. Née à Mostar, ville connue notamment par son pont qui relie la partie catholique à la partie musulmane de la Bosnie-Herzégovine, cette fille issue d’’une famille nombreuse (7 enfants) dont le père est un professeur de Français et d’Allemand à la retraite et dont la mère travaillait dans la banque, a déjà connu plusieurs vies, à, à peine, 30 ans.

Le 1er chapitre de sa vie se situe donc en ex-Yougoslavie où, comme cela était souvent le cas, une partie de sa famille est née en Croatie et l’autre en Bosnie-Herzégovine. Dans une région du globe où le football est sacré, Iva est « née avec un ballon dans les pieds  » mais elle a dû attendre l’âge de 14 ans pour rejoindre son 1er club, le ZNK Marsan Split. Un intervalle qu’elle explique par le fait qu’il y avait très peu de structures d’accueil pour les jeunes filles qui voulaient jouer au football dans son pays. « La Croatie est encore un pays très traditionnel où on pense que le football n’est pas fait pour les filles, mais cela évolue peu à peu car la fédération a pas mal investi pour le foot féminin, notamment dans les infrastructures la formation, explique-t-elle. Pour ma part, j’ai eu la chance qu’un entraîneur me repère alors que je jouais dans la rue et me permette d’intégrer un club. » Ce sera Split pendant quelques semaines puis le Dinamo Zagreb, plus grand club de Croatie avec lequel elle a remporté plusieurs titres de champion et Coupes Nationales : « Je dois aussi dire un grand merci à mes parents qui m’ont permis de concilier l’école et le foot, précise-t-elle. En allant à Zagreb, j’ai pu aller au Lycée en parallèle ce qui est très important. » A l’époque, le talent de cette milieu de terrain au fort potentiel technique attirait déjà les convoitises, mais malgré une offre venue des Etats-Unis – « J’avais l’opportunité d’y aller mais mes parents ont estimé que c’était trop loin vu mon jeune âge » - elle a ensuite posé ses valises en Autriche, au FC Kärnten à, à peine, 19 ans « C’était une belle expérience pour moi dans un club jeune avec des ambitions. Nous avions terminé deuxièmes du championnat ce qui était très bien à l’époque. »

j’ai senti que le MHSC avait de l’ambition et c’est ce que je recherche dans le football

La suite de sa carrière l’a mené au RTP Unia Racibórz (Pologne), avec lequel elle a découvert la Ligue des Champions, avant defaire le grand saut vers l’Allemagne et le FF USV Iéna. « C’est une très belle aventure, explique-t-elle. Parallèlement au foot, j’allais à l’université et j’ai pu y rencontrer de très belles personnes. En plus, je n’étais pas seule car mon cousin Josip jouait également à Iéna. Côté football, j’ai pu découvrir la Bundesliga, un championnat très dur mais passionnant et être dirigée par Martina Voss-Tecklenburg (aujourd’hui coach de la sélection allemande) avec qui j’ai énormément appris. J’ai passé 4 très belles années là-bas. C’était difficile d’en partir ». L’appel du club suédois de Rosengård et sa constellation de stars (Marta, Mertens, Masar…), l’a fait changer d’avis. Mais après 3 ans en Suède, celui du MHSC cet été, l’a convaincue d’écrire un nouveau chapitre sur son voyage en ballon : « Pour être honnête, si vous m’aviez dit que je jouerai en France un jour, je vous aurai sans doute répondu non, notamment parce que votre langue est bien trop compliquée à assimiler, même si cela fait enrager mon père de m’entendre dire ça, rigole-t-elle. Mais, il y a 2 ans, j’ai eu l’opportunité de regarder le MHSC contre Chelsea en Ligue des Champions et j’ai vraiment vu que cette équipe avait de bonnes joueuses et qu’elle pratiquait du bon football. J’en ai parlé avec quelques joueuses et je n’ai eu que des échos positifs concernant ce club. J’avais besoin d’un nouveau challenge, le feeling a tout de suite été très bon avec le coach et les dirigeants, j’ai senti que ce club avait de l’ambition et c’est ce que je recherche dans le football. Il faut toujours être ambitieux et vouloir aller plus haut, alors je me suis dit pourquoi pas. »

le coach met un cadre mais il nous laisse également beaucoup de liberté dans le jeu et c’est très agréable

Véritable taulière de la sélection croate, Iva trouve peu à peu sa place dans l’entrejeu montpelliérain où son abattage, sa vision du jeu et son sens de la passe en font déjà un atout précieux pour sa nouvelle équipe « La plus grosse différence ici c’est le rythme du match. Dans les pays où je suis passée avant c’était plus tactique, plus fermé. Ici, le coach met un cadre mais il nous laisse également beaucoup de liberté dans le jeu et c’est très agréable, explique-t-elle. Concernant l’équipe, la première chose qui ressort, c’est que l’ambiance est très positive. Que ce soit en match ou à l’entraînement, tout le monde a toujours le sourire et ça c’est important. Bien sûr, nous entamons un nouveau cycle avec une équipe jeune, donc on manque parfois de maturité notamment sur le plan tactique mais c’est normal, on apprend et on progresse. C’est de notre responsabilité à nous les joueuses plus âgées d’aider l’équipe dans ces moments-là mais je suis persuadée que nous avons une très bonne équipe avec un gros potentiel. Il y a vraiment de belles choses à faire ici. » Amoureuse de son nouveau cadre de vie – « les conditions d’entraînement sont idéales et Montpellier est sans doute la plus belle ville dans laquelle j’ai été amenée à vivre » - Iva Landeka poursuit donc son tour du monde en ballon, celui « d’une fille normale » comme elle aime se définir mais dont le parcours, la qualité de jeu et la personnalité, ne peuvent pas laisser indifférent.

A lire également

18sep2020

Équipe pro

Achetez vos places dès Lundi pour ne pas rater le rendez-vous phare de la saison Parce qu’un derby n’est jamais un match comme un autre, même avec une jauge à 5000 personnes, parce qu’un derby ça se vit au stade et pas à la
Lire la suite

15sep2020

Équipe pro

5 jours après la venue de Lyon, c'est Angers qui débarque à La Mosson ce dimanche (15h)  !Une triple dose de foot en une semaine ? Même pas peur ! On en redemande même. Après Nice et Lyon, c'est donc Angers qui débarque pour le
Lire la suite

20sep2020

Équipe pro

Ce dimanche 20 septembre 2020 au stade de La Mosson (15h, 4ème journée Ligue 1 UberEats).
Lire la suite