Bleuet de France : Monsieur Meaume au coup d'envoi de MHSC-OM

Monsieur Meaume sera présent dimanche soir pour donner le coup d'envoi fictif du match MHSC-Olympique de Marseille. Dans le cadre des commémorations du 11-Novembre, le pupille de la nation n'oublie pas et se raconte pour que personne ne puisse oublier. Entretien.

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre relation avec le Bleuet de France ?

Moi personnellement  je n’ai de relation avec le Bleuet de France qu’à travers mon association qui est l’ANPNOGD (Association National des Pupilles de la Nation des Orphelins de Guerre et du Devoir) qui collabore pleinement avec l'ONACVG ( Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre), un jour j’ai fait la rencontre d’une personne représentante de cette association des pupilles de la Nation et j'en suis un peu l’animateur à l’heure actuelle. Le fait de l’association est la reconnaissance des évènements, mais aussi la solidarité envers les orphelins qui n’ont pas fait les papiers inhérents à cette reconnaissance. Nous avons donc une relation très étroite avec l'ONACG et ainsi le Bleuet de France, nous sommes en collaboration. J’ai par ailleurs une semaine très chargée en représentation avec l’ONACVG. Nous pouvons dire que nous agissons en parallèle avec le Bleuet.

On imagine aujourd’hui que la mission du Bleuet de France est basée essentiellement sur l’aide aux invalides de guerre mais cela va bien au-delà, l’association vient également en aide aux soldats blessés et à leurs familles, aux veuves, aux orphelins et aux victimes d’attentats, c’est pour vous un point sur lequel il faut insister ?

Je suis reconnu pupille de la nation car mon père est décédé en 1944 fusillé sur place. Je me bats pour la reconnaissance de cette notion d’orphelin de guerre, mais il ne faut surtout pas s'arrêter uniquement sur les guerres mondiales, il y en a eu bien d'autre malheureusement. Ce qu'il faut savoir c'est qu'aujourd'hui, les gens s’écartent totalement  et malheureusement de ces évènements ou ne se sentent plus concernés, c’est le genre de chose qu’il faut arriver à inverser. A la suite du décès de mon père c'est ma mère qui s’occupait de tout ça et qui se battait pour ces reconnaissances, et à son décès elle m’a dit de reprendre le flambeau. Après ça je suis allé à l’Elysée l’an dernier pour représenter les pupilles de la Nation de Montpellier, et je me suis aperçu du très gros travail que nous avons à faire sur ce thème. Je me bats pour la reconnaissance des autres pupilles de la nation. Il ne faut pas se dire qu'il y a eu des morts que pendant la guerre, il y en a eu aussi en après-guerre avec des morts suite à des traumatismes causés par la guerre, et ce sont ces enfants-là qui n’ont pas été reconnus entièrement.

Dimanche pour la réception de l'Olympique de Marseille au Stade de La Mosson il sera possible d’acheter un bleuet pour 2€ ce qui revient à aider une personne de l’association, avez-vous un message pour les supporters ?

Le message est un message de cause, n’oublions pas ce qu’ont fait nos ancêtres et n’oublions pas qu’il y a énormément d’enfant dans la détresse, quand je dis pupilles de la Nation je ne m’arrête pas à ces guerres comme je l'ai déjà dit. On ne se rend pas compte des difficultés qu’ont toutes les pupilles de la Nation. Avant nous n’étions pas aussi bien informés que maintenant alors combien d’enfant ont eu la possibilité d’obtenir des avantages (que ce soit la scolarité, ou l’aide au démarrage professionnel …) ?

On n’imagine pas à quel point le sport est lié à l’histoire et qu’il est peut-être un vecteur pour promouvoir la paix et les échanges entre les nations ?

Durant tous les évènements les gens pratiquaient du sport c’est une union qui leur permet d’avancer.

A titre personnel que ressentez-vous quant au fait de donner le coup d’envoi du match MHSC-OM au Stade de La Mosson, quelles sensations prédominent ?

C’est un peu surprenant car étant plutôt fan de rugby je ne pensais pas être convié pour ce match (rire). Je suis tout de même les résultats du foot hein, vous savez la seule chose que je retiens c’est surtout la cause sociale, mon association est en partenariat avec le Bleuet de France et en tant que pupille de la Nation donner le coup d’envoi est un symbole, c’est un peu comme un sucre d’orge que vous donneriez à un enfant. Ce symbole (de donner le coup d’envoi) en tant que pupille de la nation est très représentatif car d’un seul coup on va avoir un œil, les personnes qui seront au stade vont se dire "Ah il y a cette association", les gens socialement ont oubliés ou veulent oublié. Avant quand j’étais minot et que ma mère m’amenait déposer les gerbes, il y avait beaucoup de monde, aujourd’hui il y a 50, 60 personnes. Donc oui ce sont des opérations importantes, il faut marteler pour qu’ils comprennent que c’est nécessaire.

Tous les articles