Marija Banušić, soif de découvertes | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Marija Banušić, soif de découvertes

Arrivée au mercato d’hiver, l’attaquante suédoise découvre son quatrième championnat, à seulement 23 ans. à l'heure de recevoir guingamp ce samedi (14h45), Itinéraire passionnant d’une joueuse à l’incroyable soif d’apprendre.

Quand on lui demande quels sont ses hobbies, Marjia Banušić répond pêle-mêle : regarder des films, dessiner, cuisiner, mais aussi écrire. Rien d’étonnant tant sa vie pourrait presque ressembler à un roman. A seulement 23 ans, l’internationale suédoise possède un parcours aussi riche qu’atypique qu’elle égrène sans prétention aucune mais avec un sourire et une joie de vivre aussi déconcertants qu’agréables. Née à Uppsala, à une heure de route de Stockholm, Marija a grandi au sein d’une famille nombreuse (elle compte 2 frères et 4 sœurs), dont elle a été la 1ère à dompter le ballon rond. « J’ai commencé seule, à 6 ans, juste devant l’appartement où l’on vivait car aucun de mes frères et sœurs ne jouait au foot, raconte-t-elle. Enfin, quand je dis seule, ce n’était pas vraiment le cas. Il y avait toujours beaucoup d’enfants autour de moi. Je n’ai commencé à réaliser qu’à 20 ans quand je jouais en D2 suédoise que je pouvais progresser et en faire mon métier. »

Toujours l'envie d'apprendre

Un métier qui  lui a permis de concilier son autre passion : voyager. Après des débuts prometteurs en Suède, elle a ensuite évolué à Chelsea – « Une expérience très enrichissante autant au niveau du foot que sur ma vie personnelle. C’était la 1ère fois que je quittais la Suède et c’est toujours quelque chose que j’ai voulu faire parce que je souhaitais découvrir d’autres pays et devenir meilleure au contact de nouvelles cultures. J’ai beaucoup appris, travaillé dur aussi. » - puis en Chine. Une étape plus originale qu’elle justifie de la façon suivante. « Je me suis dit que c’était une expérience sur et en dehors du terrain alors j’ai tenté le coup. C’était un monde complètement différent et une expérience magnifique, mais je ne parle pas chinois c’était trop difficile » (rire).

La prochaine étape de son carnet de voyage l’a donc menée à Montpellier, où elle a signé cet hiver. « Le MHSC est un club très professionnel, une grande équipe aussi. Quand je vais quelque part, c’est toujours avec l’envie d’apprendre et devenir une meilleure personne et une meilleure joueuse. En ce sens, le MHSC est une formidable opportunité pour moi, explique-t-elle. Après, bien évidemment, il y a le cadre de vie, le temps, l’architecture, la plage… Montpellier est une ville magnifique. Quand j’apprenais le français à l’école, je disais toujours à mes profs qu’un jour, je voudrais jouer en France, maintenant j’y suis ! » Un rêve devenu réalité puisque Marija découvre peu à peu une D1 Féminine qu’elle estime « très technique. Ici, tu sens que les joueuses ont une très bonne vision du jeu, qu’elles sentent le foot et comme j’aime beaucoup jouer en une touche, je prends beaucoup de plaisir. C’est très agréable de voir que tes coéquipières voient le foot de la même façon que toi. En plus, elles m’ont très bien accueillie. Je suis ravie d’être ici. »

Zlatan est un exemple pour moi

Côté profil, cette admiratrice de Ronaldinho – Elle en a hérité par son père du surnom de Maredinho qui est même inscrit sur son passeport – est une joueuse d’axe capable de jouer en position de n°9 ou en soutien d’une pointe. A l’aise des deux pieds, elle « aime marquer, faire marquer et tirer les coups de pied arrêtés. » Son profil, son poste, associés à sa nationalité et à ses origines balkaniques (ses parents, Croates qui ont vécu en Bosnie, ont fui la guerre au début des années 90) facilitent évidemment le parallèle avec un certain Zlatan Ibrahimovic. « Nous avons pas mal de choses en commun. Nous sommes tous les deux issus de quartiers pauvres… Je l’adore, c’est un joueur fantastique, reprend Marija. Durant mon enfance et mon adolescence, il était très important pour moi car il y a peu de footballeurs qui ont mon passé et qui ont atteint un aussi haut niveau que lui, et encore moins dans le foot féminin. C’est un exemple pour moi. »

Avec Zlatan en toile de fond mais surtout son sourire et son talent, Marija Banušić poursuit donc son parcours avec toujours le même crédo. « Je travaille tous les jours dans l’optique de devenir meilleure et aider l’équipe, c’est ce qui m’anime. C’est pour cela que j’apprends le français de manière à comprendre le plus rapidement possible l’intégralité des consignes que l’on me donne et ce que le coach demande, conclut-elle. Ce qui est passionnant dans la vie comme dans le foot, c’est qu’il y a toujours quelque chose à apprendre. J’ai toujours aimé voyager, découvrir de nouvelles personnes, de nouvelles expériences, cultures, langues, nourritures… C’est aussi ce que permet le football, et, en cela j’ai beaucoup de chance. » Avec une telle ouverture d’esprit, nul doute que les prochaines pages de son roman vont être riches et agréables à lire. A commencer par celles qu’elle s’apprête à écrire sous le maillot montpelliérain.  

A lire également

18sep2020

Équipe pro

Achetez vos places dès Lundi pour ne pas rater le rendez-vous phare de la saison Parce qu’un derby n’est jamais un match comme un autre, même avec une jauge à 5000 personnes, parce qu’un derby ça se vit au stade et pas à la
Lire la suite

15sep2020

Équipe pro

5 jours après la venue de Lyon, c'est Angers qui débarque à La Mosson ce dimanche (15h)  !Une triple dose de foot en une semaine ? Même pas peur ! On en redemande même. Après Nice et Lyon, c'est donc Angers qui débarque pour le
Lire la suite

20sep2020

Équipe pro

Ce dimanche 20 septembre 2020 au stade de La Mosson (15h, 4ème journée Ligue 1 UberEats).
Lire la suite