Valérie Gauvin, le Sud dans le cœur | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Valérie Gauvin, le Sud dans le cœur

L’attaquante montpelliéraine (21 ans) a grandi dans le Sud-Ouest avant d’éclore ces 3 dernières saisons sous le maillot pailladin. A l’aube de recevoir Albi qu’elle a souvent croisé dans sa carrière, ce dimanche en 16es de finale de la Coupe de France (14h30), elle revient sur son enfance, sa progression, son attachement au club montpelliérain et ses ambitions pour 2018. Sans jamais oublier le collectif.

A l’heure de retrouver Albi ce dimanche en 16e de finale de Coupe de France, Valérie Gauvin verra sans doute quelques-uns de ses souvenirs remonter à la surface. Ceux d’une enfance passée dans le Sud-Ouest, à Auch, où elle est arrivée à l’âge de 5 ans. C’est à quelques kilomètres de là, à Mirande, que Valérie a tapé ses premiers ballons de foot à l’âge de 7 ans, en plein cœur d’une terre de rugby. Fallait-il y voir un esprit de contradiction ? « Non, sourit l’intéressée. Ça ne me traversait pas du tout l’esprit de faire du rugby. A l’école, je jouais déjà au foot avec les copains. Un ami m’a proposé d’essayer de jouer dans un club, je l’ai fait, et, depuis ce jour-là, le foot est une vraie passion. J’ai aussi fait du tennis pendant 3 ans, mais, à un moment donné, cela a été compliqué de concilier les deux alors j’ai choisi le foot. »

De cette terre, elle garde des attaches familiales et de bons souvenirs de Toulouse qu’elle a rejoint au Lycée pour faire ses études mais aussi pour jouer au foot. Son côté rugby, Valérie le conserve dans son amour du duel et du combat. Et il en faut quand on est attaquante pour se frayer un chemin dans des défenses adverses de mieux en mieux organisées et de plus en plus regroupées. « En tant qu’attaquante, c’est important d’être forte dans les duels. Pour garder les ballons ou même face à la gardienne. Il ne faut pas qu’on se fasse bouger, explique la n°21 montpelliéraine. Le foot est un sport de contact donc si on n’aime pas trop les duels, je pense qu’il faut changer de sport (sourire). »

mettre tous les ingrédients pour aller le plus loin possible

Mais la panoplie de Valérie Gauvin est loin de s’arrêter à ce registre-là. D’un point d’appui chasseur de buts à son arrivée il y a 3 ans et demi, l’attaquante montpelliéraine a su étoffer son registre pour devenir une joueuse plus complète et s’est fait une place dans un secteur offensif du MHSC très concurrentiel. « Le domaine où j’ai le plus appris est l’aspect mental, souligne-t-elle. J’ai vécu des périodes assez difficiles et je sais très bien que si on n’a pas le mental en étant sportive de haut niveau, ça ne peut pas passer. Sur le plan sportif, je pense avoir progressé sur le plan physique mais aussi dans le jeu pour ce qui est de savoir jouer entre les lignes, se placer dans les intervalles, demander le ballon un peu plus bas, être bien en appui pour jouer avec les autres…. Mais je dois encore m’améliorer dans mes déplacements, sans oublier, bien sûr, de continuer à travailler devant le but. »
Le chemin des filets, Valérie l’a déjà trouvé à 10 reprises en 15 matchs cette saison (dont 9 titularisations). Un beau ratio qu’elle va tenter d’améliorer cette après-midi contre Albi dans le cadre des 16e de finale de la Coupe de France. Un adversaire qu’elle a souvent croisé dans sa carrière et contre lequel elle a régulièrement marqué. « Albi est une équipe qui ne lâche rien. Les Albigeoises vont tout donner pour décrocher un résultat chez nous, il ne faut pas les sous-estimer. On sait que c’est la coupe, un match à élimination directe, elles ne se laisseront pas faire, donc il faudra qu’on soit prêtes à jouer les duels, à être bien dans notre jeu collectif. »
Une chose est sûre, pour les Montpelliéraines qui sont engagées sur les 3 tableaux, la Coupe de France fait bel et bien partie des objectifs : « Bien sûr que la Coupe de France est un objectif, renchérit Valérie. Sur les trois dernières années nous sommes allées 2 fois en finale. Notre objectif cette année c’est bien de gagner quelque chose donc on va mettre tous les ingrédients que ce soit en Coupe de France, en championnat ou en Ligue des Champions pour aller le plus loin possible. »

Retrouver l'équipe de france

La Ligue des Champions, autre coupe, autre contexte, qui font rêver, eux aussi. Prochaine étape contre Chelsea en mars prochain. « La Ligue des Champions, c’est le graal (sourire), une grosse compétition que toutes les joueuses aspirent à jouer. On joue contre des équipes étrangères, des grands clubs, c’est quelque chose de magique. C’est bien de pouvoir jouer cette compétition au moins une fois dans sa vie, poursuit-elle. Concernant Chelsea, c’est une grosse équipe, un grand club aussi. Un gros match nous attend et il va bien falloir l’aborder dès l’aller. En ayant joué cet été en amical contre Manchester City et Liverpool on a vu que ces équipes anglaises produisaient du jeu mais qu’il allait aussi falloir être solides dans les duels et dans l’impact. » Quoi qu’il arrive, Valérie assure que le MHSC est armé pour bien aborder cette partie. « Je pense que nous le sommes, oui. Nous sommes en quart de finale, nous savons très bien qu’une qualification ne s’obtiendra pas en claquant des doigts. Nous avons des choses à améliorer, comme toute équipe je pense, mais quand le jour J arrivera je pense que nous serons prêtes pour tout donner et passer ce tour. »

En attendant, place à la Coupe de France ce dimanche après-midi contre Albi. Et si elle a régulièrement changé de coupe de cheveux – « Avant j’avais les cheveux court, aujourd’hui ils sont un peu plus long donc j’en profite pour changer un peu chose que je ne faisais pas auparavant », sourit-elle – Valérie n’a pas changé d’objectif au moment où on lui demande d’évoquer ses vœux pour 2018. « Sur le plan collectif d’abord, je souhaite qu’on aille le plus haut possible dans toutes les compétitions dans lesquelles nous sommes engagées. A titre personnel, je dirai marquer le plus de buts possible, être décisive et retourner en équipe de France A car c’est quelque chose qui me tient à cœur. » Le bleu est décidément sa couleur favorite puisqu’outre l’équipe nationale, c’est également la couleur de sa tenue en club avec lequel elle a prolongé l’été dernier. « J’aime beaucoup ce club et je me sens très bien ici, conclut-elle. Mon objectif depuis que je suis arrivée a toujours été de gagner un maximum de temps de jeu et arriver un jour à être titulaire. On travaille toute pour ça je pense et je continue à travailler pour m’améliorer et apporter un maximum à l’équipe. » Du Sud-Ouest aux bords de la Méditerranée, son talent et son sourire sont toujours-là… Et c’est bien là l’essentiel.  

A lire également

27juin2022

Supporters

LA CAMPAGNE D'ABONNEMENT DÉBUTERA LE MARDI 28 JUIN sur la billetterie en ligne et au Club House du MHSC à Grammont ! LE CALENDRIER DES ABONNEMENTSA partir du mardi 28 juin 2022 sur la billetterie en ligne du clubau Club House du MHSC à
Lire la suite

29juin2022

Équipe pro

Le jeune milieu de terrain (20 ans) a étendu son engagement avec le Montpellier Hérault Sport Club.Le MHSC est heureux d'annoncer la prolongation de contrat de son milieu terrain. Formé au club,  Joris avait été le 3ème plus jeune
Lire la suite

28juin2022

Féminines

Le club montpelliérain annonce ce jour la signature de la joueuse de 24 ansFormée à l’OL où elle est arrivée à l’âge de 9 ans, cette gardienne moderne dotée d’une bonne technique et habile sur les sorties aériennes a choisi le
Lire la suite