Morgane Nicoli, itinéraire corsé | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Morgane Nicoli, itinéraire corsé

Enfin débarrassée de ses blessures au genou, la défenseur corse du MHSC se fait peu à peu une place dans l’effectif de Jean-Louis Saez. Sans oublier d’où elle vient. Rencontre avant la venue de Toulouse à Grammont ce dimanche (15h) en 16e de finale de Coupe de France

Dire que les Corses ont souvent un mental d’acier pourrait presque relever du cliché, mais en regardant le parcours footballistique de Morgane Nicoli, on se rend vite compte que cette phrase a avant tout des accents de réalité. Son accent justement, Morgane Nicoli ne le quitte jamais, héritage de sa Corse natale. Née à Bastia un soir d’avril 1997, la jeune défenseur du MHSC n’a jamais perdu de vue ce ballon rond si cher à ses yeux et ses rêves de foot de haut niveau. D’Alistro, petit village à 50km de Bastia où elle a grandi au MHSC en passant par le Pôle espoirs foot d’Ajaccio où elle était la seule fille au milieu de 21 garçons, et l’INSEP qu’elle a été la première joueuse corse à intégrer, cette défenseur centrale dure dans les duels et dotée d’une grande intelligence tactique n’a cessé de progresser, jusqu’à ce coup du sort le 10 décembre 2014. Victime d’une rupture du ligament croisé du genou lors d’un entraînement à l’INSEP, cette internationale dans toutes les catégories de jeunes a vu sa progression stoppée net. S’en sont suivis de longs mois de galère, un premier retour puis une nouvelle opération du ménisque cette fois l’été dernier. Une période compliquée au cours de laquelle elle a dû s’accrocher. « J'y pense souvent, je fais toujours attention, je me muscle beaucoup, j'essaie de bien récupérer car j'ai besoin de beaucoup de sommeil, mais même si ça a été dur, aujourd’hui, je ne retiens que le positif. »

j’ai encore beaucoup à progresser dans tous les domaines mais je suis prête à continuer de travailler pour franchir un nouveau palLier

Le positif, c’est que pour sa 2e année à plein temps au MHSC (jusqu’en juin 2015, elle s’entraînait à l’INSEP tout en jouant au MHSC le week-end, NDLR) semble être celle du renouveau. Alignée à 3 reprises en championnat, elle affiche une progression constante, en même temps qu’une prise de conscience. « La saison passée a été dure car au départ j'étais blessée, je n'avais pas fait la préparation avec le groupe. Ça a été difficile mais enrichissant. Après, il faut aussi reconnaitre que la saison passée, j'étais beaucoup sur mes acquis, je n'étais pas une bosseuse et j’ai pris conscience de l'investissement qu'il fallait au haut niveau : aller à la salle, faire attention à ce qu'on mange, se coucher tôt… je ne pensais pas qu'il fallait être autant professionnelle dans le monde féminin. » Le constat est aussi sincère que décapant et s’accompagne d’un franc sentiment de reconnaissance envers le MHSC. « Je retiens aussi que le club a fait le choix de m'accompagner et de me proposer un contrat lorsque je venais juste d'apprendre que je devais me refaire opérer. Ça ne s'oublie pas et je les en remercie. Cette marque de confiance a été un déclic. »

le club a fait le choix de me proposer un contrat lorsque je venais juste d'apprendre que  je devais me refaire opérer. Ça ne s'oublie pas et je les en remercie.

Et ça se voit sur le terrain où la n°22 montpelliéraine semble progresser de sortie en sortie. Elle a même vécu sa première titularisation lors de la venue de Bordeaux. L’occasion pour elle de se tester après avoir connu plusieurs entrées en jeu et de mesurer pleinement le niveau de la D1. « Cette titularisation m’a fait beaucoup de bien au moral, reconnait-elle. Sur le plan du jeu, il y a un énorme écart entre les U19 et la D1. Je ne pensais pas que le niveau allait être aussi élevé mais c’est une bonne chose. Ça me tire vers le haut. En D1, même si la différence est importante entre le haut et le bas du tableau, toutes les équipes sont accrocheuses. Il y a beaucoup d'intensité, peu d’arrêts de jeu car le ballon ne sort pas souvent. Ça me prouve que j'ai encore beaucoup à progresser dans tous les domaines mais je suis prête à continuer de travailler pour franchir un nouveau pallier »

Un pallier qui s’accompagne évidemment d’objectifs, à la fois personnels et collectifs. « Sur un plan personnel, j’espère bien évidemment avoir du temps de jeu, sourit-elle. Collectivement, le top, ce serait de nous qualifier pour la prochaine Ligue des champions. » En attendant, c’est de Coupe de France dont il sera question cette après-midi avec la venue du Toulouse FC, pensionnaire de D2 à Grammont. « C'est une compétition importante qui tient à coeur au club. On passe de peu à côté depuis deux ans en perdant de justesse en finale contre Lyon, donc on se dit pourquoi pas cette année. On a l'équipe et le mental pour, souligne Morgane. Je pense que le groupe a franchi un cap et que la victoire contre le PSG a libéré beaucoup de choses et nous a fait prendre conscience de nos qualités. Quand on voit cette performance, on se dit qu’il y a moyen cette année de gagner cette coupe. Cependant, il ne faudra pas prendre cette équipe de Toulouse à la légère » Pas le genre du personnage me direz-vous. Quand on a fait preuve d’autant de volonté et de ténacité pour faire face à ce parcours corsé, on sait que chaque match est un combat qui aide à se construire un avenir. Celui auquel Morgane Nicoli semble promis est aussi bleu qu’une vue sur la mer depuis sa Corse natale… ça tombe bien, c’est aussi le bleu de France et celui du maillot montpelliérain…  

A lire également

18sep2020

Équipe pro

Achetez vos places dès Lundi pour ne pas rater le rendez-vous phare de la saison Parce qu’un derby n’est jamais un match comme un autre, même avec une jauge à 5000 personnes, parce qu’un derby ça se vit au stade et pas à la
Lire la suite

15sep2020

Équipe pro

5 jours après la venue de Lyon, c'est Angers qui débarque à La Mosson ce dimanche (15h)  !Une triple dose de foot en une semaine ? Même pas peur ! On en redemande même. Après Nice et Lyon, c'est donc Angers qui débarque pour le
Lire la suite

20sep2020

Équipe pro

Ce dimanche 20 septembre 2020 au stade de La Mosson (15h, 4ème journée Ligue 1 UberEats).
Lire la suite