Marie-Charlotte, le cœur Léger mais les pieds bien sur terre | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Marie-Charlotte, le cœur Léger mais les pieds bien sur terre

La jeune attaquante de 19 ans est la révélation du début de saison chez les féminines du MHSC. Avant le match à Soyaux ce samedi (18h), rencontre avec un vrai talent qui vit en toute humilité cette éclosion plutôt rapide.

Il y a presque 20 ans, un célèbre rappeur français du nom de Claude « MC » Solaar empilait les mots pour en faire des chansons. Si les initiales sont identiques, Marie-Charlottte « MC » Léger, elle, préfère empiler les buts… Et elle le fait plutôt bien puisqu’en 8 matchs de championnat, la jeune attaquante de 19 ans, arrivée cet été au MHSC en provenance du FC Metz, a déjà scoré à 6 reprises sous son nouveau maillot.

Le terrain de foot plutôt que la salle de concert, un choix que Marie-Charlotte a vite effectué. Née à Abbevile, en Picardie, elle a baigné dans le foot dès l’âge de 5 ans dans le club voisin de Fressenneville. Sous la houlette de son entraîneur de père, MC a démarré une progression qui s’est vite avérée rectiligne : Fressenneville de 5 à 12 ans, Abbeville de 12 à 15 ans (2 ans avec les garçons puis un an avec les filles), avant le grand saut vers Hénin-Beaumont avec qui elle découvre la D1 à 16 ans. Arrivée au FC Metz en début de saison dernière, elle y réalise une saison très intéressante malgré la relégation du club mosellan (8 buts en 20 matchs).

Des performances qui ont convaincu le staff montpelliérain d’engager cette joueuse polyvalente (elle peut jouer milieu droit, milieu gauche et attaquante) dont les qualités principales sont la vitesse, la puissance et surtout le sens du but.  De son côté, Marie-Charlotte a été séduite par le projet proposé par le MHSC. « L’année dernière tout s'est bien passé pour moi, mais le FC Metz est descendu. Je voulais rester en D1, avoir du temps de jeu et le MHSC, qui est en plus un club de haut de tableau, m’a offert cette opportunité. C’est un bon club, très famille ce qui me correspond bien. Je pense que c’est l’endroit idéal pour poursuivre ma progression. »

Loin de sa Picardie natale, Marie-Charlotte Léger s’est vite adaptée à sa nouvelle vie. « Le Sud c’est vraiment bien, estime celle qui a trouvé un logement à proximité du centre d’entraînement. Ça a été un peu dur au départ de trouver son cardio sous la chaleur avec 25 ou 26° mais je m'y suis fait. La ville est vraiment sympa. Il y a aussi beaucoup de magasins ce qui fait souffrir ma carte bleue », sourit-elle.

Sur le terrain, ce sont les défenses adverses que Marie-Charlotte Léger aime faire souffrir. Très vite adaptée au collectif montpelliérain – « J'ai été très bien accueillie dès mon arrivée que ce soit par mes coéquipières ou par le staff » –, elle a rapidement trouvé ses marques et a déjà scoré à 6 reprises depuis le début de la saison dont certains buts très importants, face à Guingamp et à Soyaux. Pas un hasard d’ailleurs si son entraîneur Jean-Louis Saez, évoquant son sens du but, assure qu’elle a quelque chose de Jean-Pierre Papin. « Je me suis renseignée car, c’est certain que pour ma part, je connais moins le joueur que l’entraîneur puisqu’il a dirigé Lens il y a quelques années, explique la n°18 montpelliéraine. Sur ce que j’ai vu, la comparaison est assez flatteuse. C’est vrai que j'aime bien marquer mais je ne suis pas non plus obsédée par le but. Si j’ai l'opportunité de faire une bonne passe à une coéquipière pour quelle marque c'est aussi un plaisir. »

Très performante avec le MHSC, MC a même été appelée pour la première fois en équipe de France A face au Brésil en septembre dernier. « Jamais je ne pensais être appelée aussi tôt en équipe de France A, souligne l’attaquante montpelliéraine. J'avais du mal à réaliser car ce sont des filles que je regardais encore à la télévision cet été pendant la coupe du monde et se dire qu'on est avec elle, c’était quelque chose de fort. Je n'arrivais pas à réaliser. Enfiler le maillot bleu, c'est une fierté. » L’occasion pour cette admiratrice de Pierre Emerick Aubameyang de poursuivre une histoire commune avec le maillot bleu de France déjà bien remplie. Internationale U16 et U17, elle était aussi la capitaine de l’Equipe de France U19, battue en demi-finale de l’Euro U19 cet été. Un souvenir forcément douloureux. « Ce soir-là, je marque pendant le match (1-1 à la fin du temps règlementaire face à l’Espagne), mais je rate aussi le 5e tir au but décisif pour la qualification… En plus je ne le cadre même pas et tire au-dessus, raconte-t-elle. Même si la fin a été difficile à accepter, ça reste une belle aventure. »

Une ascension très rapide sous le maillot bleu de France qui n’a pas fait tourner la tête de l’intéressée. Si elle a le cœur Léger, Marie-Charlotte garde bien les pieds sur terre. Pas étonnant quand on sait que ses parents travaillent tous les deux à l’usine, son père dans les boîtes aux lettres et sa mère dans le cartonnage. Sa famille, très présente à ses côtés suit cette évolution de très près et espère sans doute revoir la fierté familiale en Equipe de France dans 2 ans lors de l’Euro 2017. « J'espère y être, avoue Marie-Charlotte, mais avant cela l'année prochaine, il y a la Coupe du Monde U20 en Papouasie-Nouvelle-Guinée j'espère qu'on pourra faire quelque chose de positif là-bas. »

Elle est comme ça Marie-Charlotte, pas du genre à aller plus vite que la musique… Et avant de penser à ce long voyage, un autre périple beaucoup moins lointain mais tout de même assez piégeux l’attend, elle et son équipe, ce week-end du côté de Soyaux (9e journée de D1). « Il va falloir être vigilantes, présentes dans les duels et essayer d'ouvrir le score rapidement pour être plus sereines ensuite. C'est le genre d'équipe difficile à jouer, qui va au contact et qui joue regroupée, souligne Marie-Charlotte. On a bien commencé la saison, on est 2e en réalisant de bons matchs. Parfois nous avons du mal au début mais on arrive toujours à se remettre en question et mieux jouer en 2nde période pour gagner. Ça fait plaisir de côtoyer le haut de tableau, surtout après avoir vécu une descente l’an, passé. J’espère qu’on va continuer comme ça et pourquoi-pas décrocher une qualification pour la Ligue des Champions avec Montpellier. » Une belle façon pour MC de côtoyer le hit-machine avec la musique de la Ligue des champions qui fait rêver les passionnés de foot depuis des générations. Comme dirait MC Solaar "Comme un oiseau sans ailes ; je vole vers le ciel ; Mais j' sais qu'la vie est belle" .

A lire également

18sep2020

Équipe pro

Achetez vos places dès Lundi pour ne pas rater le rendez-vous phare de la saison Parce qu’un derby n’est jamais un match comme un autre, même avec une jauge à 5000 personnes, parce qu’un derby ça se vit au stade et pas à la
Lire la suite

15sep2020

Équipe pro

5 jours après la venue de Lyon, c'est Angers qui débarque à La Mosson ce dimanche (15h)  !Une triple dose de foot en une semaine ? Même pas peur ! On en redemande même. Après Nice et Lyon, c'est donc Angers qui débarque pour le
Lire la suite

20sep2020

Équipe pro

Ce dimanche 20 septembre 2020 au stade de La Mosson (15h, 4ème journée Ligue 1 UberEats).
Lire la suite