Femme de foot : Hoda Lattaf | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Femme de foot : Hoda Lattaf

Hoda Lattaf fait partie des joueuses qui ont longtemps été les portes-drapeaux du foot féminin français, sur le terrain comme en dehors. C’est donc en toute logique qu’à l’aube de se déplacer à Juvisy, ce dimanche, dans un match crucial pour la qualification européenne, la Bordelaise de 32 ans soit mise à l’honneur… Rencontre

Vignette Lattaf3.jpgSon palmarès est presque aussi long que sa chevelure : 6 titres de championne de France, 5 Challenges de France, Demi-finaliste de la Coupe UEFA féminine à deux reprises, 112 sélections et 31 buts en Equipe de France…. Et j’en oublie. Dans un fond d’ailleurs, pas la peine d’en dire plus. Même (peut-être) incomplet, son palmarès parle de lui-même. A 32 ans, Hoda Lattaf a tout gagné sur la scène hexagonale. Sourire aux lèvres, discours bien pensé, pointe d’humour régulièrement bien placée… On sent d’entrée que l’attaquante montpelliéraine est une habituée des interviews. Mais une chose est certaine : Le discours qui se cache derrière cette assurance médiatique est loin d’être convenu. Rencontre avec une fille de convictions, sur le terrain comme en dehors.

Vignette Lattaf.jpgSON PARCOURS. – « Ma jeunesse a été rythmée par le football », affirme-t-elle d’emblée. Seule fille au milieu d’une famille de 6 enfants, c’est presque une logique me direz-vous… Mais de là à imaginer la suite… « Je voyais mes frères jouer, raconte Hoda. Alors, ça m’a donné envie. Dès l’âge de 11 ans, j’ai eu l’opportunité de taper mes premiers ballons à La Bastidienne, un club de Bordeaux, ma ville natale » explique-t-elle. Je jouais avec les garçons et tout se passait très bien. » Actuel sélectionneur de l’Equipe de France masculine des 19 ans, Philippe Bergeroo, alors patron de la Ligue d’Aquitaine est alerté de ses performances et lui propose d’intégrer la première génération féminine du Centre National de Clairefontaine qui ouvrait ses portes en 1998. « Je ne m’y attendais pas du tout, je ne savais même pas qu’il existait une équipe de France féminine se souvient Hoda. J’avoue que j’ai eu beaucoup de chance. Beaucoup de jeunes joueuses d’origine magrébine qui jouaient avec moi à Bordeaux ont arrêté le foot à l’adolescence. Moi, mes parents m’ont laissé l’opportunité de faire de ma passion mon métier en partant à Clairefontaine dès l’âge de 17 ans et je les en remercie ». Si les débuts ont été difficiles – « je pleurais tous les soirs avec ma mère au téléphone » – , c’est sur le terrain que Hoda Lattaf va se faire un nom. « Je n’avais pas suivi le cursus normal des sélections de jeunes. Quand je suis arrivée à Clairefontaine pour jouer mon premier match avec les moins de 17 ans de Bruno Bini, les filles se connaissaient toutes et me regardaient en se demandant qui j’étais. J’ai essayé de jouer sans me prendre la tête, et ça a marché puisque j’ai inscrit 3 buts ». La meilleure façon de se faire adopter…. Cette fois, sa carrière était vraiment lancée. Championne de France avec le FC Lyon (1998), elle joue ensuite durant 3 saisons à La Roche-sur-Yon où elle retrouve notamment sa coach actuelle au MHSC Sarah M’Barek.

Lattaf haute.jpgSA (PREMIERE) ARRIVÉE A MONTPELLIER. – Le bonheur, c’est simple comme coup de fil parait-il. Ce dicton-là, Hoda Lattaf l’a vérifié un soir de juin 2001. « Le téléphone a sonné, j’ai entendu bonjour, c’est le Président Louis Nicollin, raconte-t-elle. J’ai cru à une blague et j’ai raccroché ». Quelques secondes plus tard, le manager de la section féminine Sydney Biton s’y essaya avec le même résultat. La 3e tentative fut la bonne. « Le Président m’a expliqué qu’il souhaitait construire une grande équipe. Je suis venue visiter le club et j’ai décidé de venir, explique-t-elle. La suite fut écrite en lettre capitale. Deux titres de championne de France, 2 Challenge de France et une demi-finale de Ligue des Champions. Un périple européen dont Hoda se souvient avec une certaine émotion « Nous n’avions pas la meilleure équipe sur la papier, mais il y avait une telle ambiance, une telle solidarité dans l’équipe que nous étions parvenues à de supers résultats. Notre coach, Patrice Lair était également quelqu’un de passionné et compétent qui savait tirer le maximum de ses équipes ».
Désireux de monter une grande équipe, le Président Aulas fait de Hoda l’une de ses priorités pour le recrutement estival. « Le Challenge que M. Aulas me proposait était un peu similaire à celui de Montpellier, à savoir mettre à profit mon nom et mon expérience pour faire grandir l’OL sur le terrain et attirer de bonnes joueuses là-bas, se souvient Hoda. J’ai longuement hésité à partir mais la proposition, professionnelle d’abord, et financière ensuite, était très intéressante, il faut le reconnaître. Lyon me proposait un travail et à Montpellier, je sentais que j’étais arrivée au bout de quelque chose, que j’avais besoin d’un nouveau défi ».
A l’été 2006, la nouvelle fit grand bruit. Simultanément, Hoda Lattaf, Sonia Bompastor, Camille Abily et Laure Lepailleur quittent le MHSC pour rejoindre l’OL. « Je sais que ça a choqué pas mal de personnes, mais je pense qu’avec le recul, elles ont compris » conclut-elle.

Vignette Lattaf3.jpgSON RETOUR AU MHSC, SON NOUVEAU ROLE – Tout se passe bien jusqu’en juin 2009. Après deux titres consécutifs auxquels elle participe activement, l’OL ne compte plus sur elle. Six mois s’écoulent, puis, en janvier 2009, Hoda revient à Montpellier avec une mission bien précise « Ce qui s’est passé à Lyon a été très difficile à vivre, c’est le mektoub, le destin comme on dit chez moi, je ne tiens plus spécialement à en parler. J’avais besoin de me reconstruire et Montpellier était l’endroit idéal pour cela. J’y ai retrouvé des gens que j’apprécie. » Parmi eux, Sarah M’Barek, son amie sur le terrain devenue coach du club pailladin. « ça a joué c’est vrai. C’est une amie, je ne m’en cache pas, mais quand on est sur le terrain, c’est l’entraîneur qui parle à sa joueuse, pas plus, explique Hoda. Je fais partie de ses relais sur le terrain, mais ce qui se passe dans le vestiaire reste dans le vestiaire. Elle n’a pas besoin de tout savoir. Je fais partie des cadres, et j’essaie simplement d’aider mes coéquipières grâce à mon expérience. Ça permet à Sarah de plus se consacrer à son coaching. » Un rôle qui semble lui convenir à merveille. « Je suis très heureuse de la saison que nous sommes en train de réaliser, avoue-t-elle. Le club a investi pour construire un effectif de qualité en recrutant de jeunes internationales en devenir et a fait beaucoup d’efforts pour donner des conditions optimales aux joueuses que ce soit en matière de structures, de conditions d’entraînements, d’horaires aménagés…., tout cela fait que nous réalisons une bonne saison. J’espère vraiment que nous allons décrocher une place européenne en fin de saison. » Une « qualif » qui sera sans doute quasiment dans la poche si le MHSC s’impose ce dimanche à Juvisy dans le choc de la journée. Mais ne dites surtout pas à Hoda que Montpellier part favori, même si Juvisy a joué mercredi soir en Coupe d’Europe et aura peut-être un peu de fatigue « ça, se sont des conneries, dit-elle d’emblée. J’ai été dans cette situation là. Quand vous jouez l’Europe en semaine, vous êtes encore plus motivées le week-end en championnat. Pour gagner il faudra faire un gros match, c’est tout. Si on commence à faire ce calcul là, on se trompe ». Le message est clair.

LA VIE EN DEHORS DU FOOT. – Extravertie et parfois râleuse sur un terrain, Hoda Lattaf apprécie la quiétude hors du rectangle vert « Que ce soit à Bordeaux, ma ville natale, ou au Maroc, mon pays d’origine, j’ai toujours vécu au calme au bord de la mer, raconte Hoda. C’est pour ça que j’ai choisi de vivre à Palavas ». Pour le reste, Hoda apprécie les moments passés entres amis et assure « que l’amitié a toujours guidé ses choix ». Véritable « Garçon manqué » dans son enfance, Hoda s’est assagie depuis et rêve de fonder une famille. C’est d’ailleurs à ce moment là qu’intervient la question fatidique « Mais quand vas-tu arrêter le foot Hoda ? « J’ai longtemps pensé à ma reconversion, que ce soit à Lyon lorsque je travaillais dans le marketing ou même ici, où je gère désormais les équipements. Cet équilibre entre le professionnel et le sportif que m’offre Montpellier est sans doute la clé de ma réussite. Je suis bien dans ma tête et ça se voit sur le terrain, conclut-elle. J’aimerais bien fonder une famille donc je pense que je m’arrêterai dans un ou deux ans… Mais d’ici là, j’ai encore envie de football. »

Portrait lattaf haut.jpgDu Tac au tac
Si tu devais citer
- Une de tes qualités, sur le terrain : Généreuse
- en dehors du terrain : Gentille
- Un défaut sur le terrain : Râleuse
- en dehors : Je ne suis pas du tout ponctuelle
- Son plat préféré : Le poulet aux olives de Maman avec des frites maison
- Celui que vous ne devez pas lui préparer si vous l’invitez à dîner : Des épinards
- Son pêché mignon : Les patisseries françaises
- Son rêve : Qu’il n’y ait plus de guerre dans le monde
- Comment elle se voit dans 20 ans : Mariée et mère de famille
 

Plutot
• Rihana ou Whitney Houston : Whitney Houston
• Resto Indien ou Crêperie : Resto Indien
• Bowling ou Karting : Karting
• Voyage aux USA ou en Asie : Aucun des deux
• Thé ou Café : Thé
• Couche tard ou lève-tôt : lève-tôt
• Bruce Willis ou Jude Law: Jude Law
• Film fantastique ou Film réaliste : Film fantastique
• Tongs ou Chaussures à talons : Les deux
• Stade Rennais ou Losc : Losc
• Benzema ou Rooney : Benzema
• Scooter ou Vélo: Scooter

 

A lire également

27juin2022

Supporters

LA CAMPAGNE D'ABONNEMENT DÉBUTERA LE MARDI 28 JUIN sur la billetterie en ligne et au Club House du MHSC à Grammont ! LE CALENDRIER DES ABONNEMENTSA partir du mardi 28 juin 2022 sur la billetterie en ligne du clubau Club House du MHSC à
Lire la suite

29juin2022

Équipe pro

Le jeune milieu de terrain (20 ans) a étendu son engagement avec le Montpellier Hérault Sport Club.Le MHSC est heureux d'annoncer la prolongation de contrat de son milieu terrain. Formé au club,  Joris avait été le 3ème plus jeune
Lire la suite

28juin2022

Féminines

Le club montpelliérain annonce ce jour la signature de la joueuse de 24 ansFormée à l’OL où elle est arrivée à l’âge de 9 ans, cette gardienne moderne dotée d’une bonne technique et habile sur les sorties aériennes a choisi le
Lire la suite