Femme de Foot : Céline Deville | MHSC Foot , billetterie Montpellier Hérault, mhsc match, match Montpellier, led publicitaire, panneau publicitaire led

Femme de Foot : Céline Deville

Dans le petit monde de la section féminine du Montpellier Hérault SC, Céline Deville fait partie des plus anciennes… Des plus appréciées aussi. Au club depuis 9 ans, la gardienne de l’Equipe de France A n’est pas seulement l’une des toutes meilleures joueuses de France à son poste, c’est aussi le genre de fille qu’il est agréable d’avoir dans son effectif, tant sa bonne humeur quotidienne est appréciable. C’est donc sérieusement mais avec le sourire que Céline Deville nous a livré son analyse avant la venue du leader Lyonnais dimanche à l’occasion du grand choc du championnat.

Lundi soir. 24 heures après le revers subi à Juvisy, le visage de Céline Deville est encore marqué et le sourire un peu moins présent qu’à l’accoutumée « Je n’ai pas encore digéré cette défaite, dit-elle avant de se reprendre : De toute façon il faut bien passer à autre chose. Juvisy c’est fini… Dimanche c’est Lyon qui vient, un gros match ».
En 9 ans de présence au MHSC, Céline en a disputé plusieurs des chocs entre le MHSC et l’OL. Le plus marquant d’entre eux restant sans doute ce succès en finale du Challenge de France 2007 où la gardienne montpeliéraine avait détourné 2 tentatives lyonnaises lors de la séance des tirs aux buts. A l’aube de retrouver les Gônes ce dimanche « Cécé » a accepté de nous ouvrir son album souvenir. Rencontre

Deville haute orange2.jpgSON PARCOURS. – Neuf années à Montpellier, ça marque. Avec le temps, sa voix s’est d’ailleurs teintée de l’accent du Sud… Loin, bien loin pourtant de son lieu de naissance puisque c’est à Berck-Sur-Mer, là-bas dans le grand Nord, que Céline a vu le jour un matin de 1982. « Je n’ai pas trop de souvenirs de cette période-là, tempère-t-elle. Je me souviens beaucoup plus de mon époque Albertville ». Arrivée dans la cité olympique à l’âge de 8 ans, elle y restera jusqu’à 16 ans… Et c’est là-bas que Céline a tapé ses premiers ballons... « Lorsqu’on habitait Berck-sur-Mer, mon père entraînait une équipe de garçons et j’allais souvent jouer avec eux, raconte Céline. Quand on est arrivé à Albertville, il a pris en mains l’équipe féminine du club local et un jour, j’ai eu envie d’essayer. J’avais 8 ans. Ça s’est fait comme ça ». Ce n’est pourtant pas au poste d’attaquante où elle a évolué jusqu’à l’âge de 14 ans que Céline fera carrière. « Un jour, la gardienne du club s’est blessée et a décidé d’arrêter, se souvient-elle. Mon père n’avait plus de gardienne, alors il m’a mise dans les buts ». Bien lui en a pris. Dans ses « bois », Céline prend une nouvelle dimension et est désignée pour rejoindre, en 1998, la première génération de joueuses du Centre National de Clairefontaine « Au début, c’était assez dur, se souvient-elle. Il fallait s’entraîner tous les jours alors que je ne le faisais qu’à 2 reprises à Albertville, il y avait aussi l’éloignement, mais franchement c’était passionnant ». Deux ans après son entrée au CNFE, c’est à Paris que Céline va poursuivre sa carrière. « Albertville venait d’’être relégué en D3 et ça devenait difficile physiquement de faire le trajet tous les week-ends pour rentrer jouer à Albertville, explique Céline, alors, quand la proposition du PSG est arrivée, je n’ai pas hésité d’autant que c’était un club qui me faisait rêver lorsque j’étais petite. » Son aventure au Camp des Loges fut couronnée de succès. Titulaire indiscutable, elle est sacrée championne de France de D2 dès sa première année dans la Capitale et accède à l’Equipe de France.

Deville haute blanc.jpgSON ARRIVÉE A MONTPELLIER. – Après une année passée en D1 sous le maillot du PSG, le Montpellier Hérault SC, qui vient tout juste de fusionner avec le Crès sous l’impulsion du Président Louis Nicollin pense à elle pour construire une équipe capable de jouer le titre. Et Céline accepte le défi. « Une telle proposition ne se refusait pas, dit-elle simplement. A Montpellier, j’avais un défi sportif et un avenir professionnel, c’était l’idéal ». La première année fut pourtant difficile puisque Céline l'a passée sur les terrains de l’équipe réserve. Preuve de sa valeur, Céline est tout de même appelée en Equipe de France durant cette période. Et après une année difficile, Régis Durand, tout juste nommé entraîneur lui offre ses galons de titulaire au MHSC… Huit ans plus tard, le bilan est éloquent. Souvent décisive, comme lors de la finale du Challenge de France en 2007, Céline a vu son palmarès s’étoffer de 2 titres de championne de France (2004 et 2005), trois Challenges de France (2006, 2007 et 2009) et une demi-finale de Ligue des Champions en 2006, le tout agrémenté de 40 sélections chez les Bleues. Si elle avoue avoir passé « d’excellents moments depuis son arrivée au MHSC », cette demi-finale européenne reste à n’en pas douter son meilleur souvenir. « La victoire au match aller à Francfort, qui n’avait pas perdu sur son terrain depuis des années reste un moment fort », se souvient-elle.
Reste à évoquer sa fidélité au club montpelliérain. Si ses performances individuelles auraient pu lui ouvrir d’autres portes, Céline a pourtant choisi de rester « Parce que j’aime ce club et que je m’y sens bien. Tout simplement ! C’est un peu ma 2e famille », assure-t-elle. Mais au-delà de ses performances sur le terrain, Céline est devenue au fil des années l’une des cadres de l’effectif pailladin, par son expérience, mais aussi sa bonne humeur et son sens du collectif « Je suis comme ça depuis toute petite, explique la gardienne du MHSC. Mais ensuite, quand on est sur le terrain, c’est une autre histoire. Il y a un temps pour tout »

Deville haute orange3.jpgLE DÉBUT DE SAISON, L’EQUIPE DE FRANCE... – Le terrain justement, Céline Deville l’a retrouvé avec plaisir après un début de saison émaillé par les blessures. Titulaire à 10 reprises cette saison en championnat, elle a activement participé à la récente série de 11 succès consécutifs du MHSC. Une série qui s’est achevée à Juvisy le week-end dernier. « Cette défaite a été dure à encaisser car les Juvisiennes ont eu 100% de réussite dans leurs attaques. Nous, nous avons parfois manqué de réalisme, mais c’est le foot, analyse Céline Deville. Mise à part notre défaite contre Saint-Etienne (0-1), je trouve que notre début de saison est très positif. L’objectif c’est vraiment de décrocher la Coupe d’Europe en essayant d’aller le plus loin possible en Challenge de France. » Sur la route de l’Europe, c’est l’ogre Lyonnais et ses 17 victoires en autant de matchs de championnat qui se présente ce week-end. Une rencontre très attendue « C’est forcément particulier, parce que Lyon est premier, parce que je connais beaucoup de joueuses de l’OL, mais une fois sur le terrain, il n’y aura plus d’amitié pendant 90 minutes assure la gardienne montpelliéraine. Lyon c’est un autre monde. Les filles sont professionnelles, l’effectif est large et de qualité ; ça va être dur mais si on reste solides derrière, on peut espérer faire un coup en contre attaque ».
Outre le rêve européen en fin de saison, Céline garde aussi un autre rêve dans un coin de sa tête : celui de disputer la Coupe du Monde en Allemagne cet été avec l’Equipe de France : « La Sélection c’est toujours un grand moment explique-t-elle. Les hymnes, le fait de jouer pour son pays, c’est magnifique. Je sais qu’un jour où l’autre je ne serai plus en sélection et je suis certaine que ça me laissera un grand vide, poursuit Céline. J’avais manqué de peu la Coupe du Monde en 2003 à cause d’une blessure à la main. Je croise les doigts pour y être à cette fois-ci. »

Vignette deville arret.jpgLA VIE EN DEHORS DU FOOT. – Sa passion du foot a permis à Celine Deville d’évacuer son activité débordante. « Petite, je courrai partout. Il fallait me surveiller comme le lait sur le feu, se souvient-elle. C’est parfois un peu le cas aujourd’hui, mais le foot m’a permis de me dépenser. De me calmer aussi. ». Timide « lorsque je ne connais pas », Céline avoue « aimer faire la fête même s’il y a un temps pour tout. Quand on évolue au haut niveau, on ne peut pas se permettre trop d’écarts sinon on paie cash. » Professionnellement, après avoir passé un BEP vente, fait de la comptabilité et gérer les équipements du club, Céline Deville travaille aujourd’hui à la boutique du MHSC. Une fois le boulot et l’entraînement finis elle aime « écouter la musique pour s’aérer l’esprit ». Histoire de décompresser avant de repartir de l’avant tant on connaît la difficulté du poste de gardienne sur le plan psychologique. Un poste où il faut avoir les nerfs solides… Mais un poste qui lui va si bien…

Du Tac au tac
Si elle devait citer
Deville haute portrait.jpg- Une de ses qualités, sur le terrain : Ma vision sur le terrain
- en dehors du terrain : Je pense avoir toujours le sourire
- Un défaut sur le terrain : Mon jeu au pied
- en dehors : trop gentille
- Son plat préféré : la raclette
- Celui que vous ne devez pas lui préparer si vous l’invitez à diner : Une côtelette de porc
- Son pêché mignon : m’occuper de mon chien
- Son rêve : Je n’en ai pas spécialement

- Comment elle se voit dans 20 ans : Avec un mari et des enfants

Plutot
• I am ou Diam's: Diam's
• Raclette ou Fondue savoyarde : Raclette
• Ski ou Snowboard : Ski
• Patinoire ou au Laser game : Laser game
• Chocolat chaud ou Cappucino : Cappucino
• Lens ou Lille : Lens
• Jean Reno ou Jean Dujardin : Jean Dujardin
• Pirate des Caraïbes ou Le seigneur des anneaux : Les deux
• I-phone ou Blackberry : I-phone
• Lloris ou Mandanda : Lloris
• Gourcuff ou Nasri : Nasri
• Mini ou Hummer : Mini

A lire également

27juin2022

Supporters

LA CAMPAGNE D'ABONNEMENT DÉBUTERA LE MARDI 28 JUIN sur la billetterie en ligne et au Club House du MHSC à Grammont ! LE CALENDRIER DES ABONNEMENTSA partir du mardi 28 juin 2022 sur la billetterie en ligne du clubau Club House du MHSC à
Lire la suite

29juin2022

Équipe pro

Le jeune milieu de terrain (20 ans) a étendu son engagement avec le Montpellier Hérault Sport Club.Le MHSC est heureux d'annoncer la prolongation de contrat de son milieu terrain. Formé au club,  Joris avait été le 3ème plus jeune
Lire la suite

28juin2022

Féminines

Le club montpelliérain annonce ce jour la signature de la joueuse de 24 ansFormée à l’OL où elle est arrivée à l’âge de 9 ans, cette gardienne moderne dotée d’une bonne technique et habile sur les sorties aériennes a choisi le
Lire la suite